Catalogue en ligne

BOCAUX ET EMBALLAGES EN VERRE

Un design esthétique, un raffinement inégalé, une transparence lumineuse : tout est là pour vous permettre de construire une ligne de produits élégante répondant à vos attentes de mise en valeur et de différenciation des produits que vous fabriquez avec savoir-faire et passion.
Nous sommes vos partenaires pour allier le bon au beau.
Découvrez cette gamme ; n'hésitez pas à nous demander des échantillons pour faire des essais ; c'est avec plaisir que nous vous les ferons parvenir dans les meilleurs délais.
Pour voir en détails toute notre gamme des bocaux Weck et Bruni, consultez notre catalogue en ligne.
Tous nos bocaux, WECK et bocaux à capsules, sont conçus pour la stérilisation et la conserve en stérilisateur autoclave. Par ailleurs, les stérilisateurs autoclaves Korimat sont des appareils 3 en 1 : Cuiseur, pasteurisateur et stérilisateur autoclave.
La société MCM Emballages, idéalement située à Strasbourg, vous livre partout en France et en Europe dans les meilleurs délais.

 
Notre partenaire WECK : Weck, plus de 100 ans d'expérience, l'inventeur du bocal.

logo-weck-france-mcm-emballages-tous-droits-réservésQu'est-ce que la conserve? (article Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Conserve)

La conserve, ou appertisation, est une méthode de préservation des aliments qui consiste à les mettre dans des récipients que l'on rend étanche à l'air et que l'on chauffe ensuite pour détruire les micro-organismes contaminants. À cause du risque de botulisme, la seule façon sûre de mettre en conserve la plupart des aliments est de les soumettre à une température élevée (généralement de 110 à 120 °C) pendant le temps nécessaire à la destruction ou l'inactivation de tous micro-organismes contenus dans l'aliment à conserver. Les aliments que l'on peut mettre en conserve en les soumettant à de hautes températures sont les légumes, la viande, les fruits de mer, la volaille et les produits laitiers.
Les seuls aliments qui peuvent être mis en conserve dans un bain d'eau bouillante sont ceux qui sont naturellement acides comme les fruits, certains légumes du type cornichon ou d'autres auxquels on a ajouté de l'acide.
Notons tout de même que les qualités organoleptiques des aliments sont altérées lors de l'appertisation. Ceci est dû aux conséquences du traitement thermique qui dénature certaines molécules.
Selon certains chercheurs, les tomates en conserve contiendraient des quantités importantes de lycopène, un caroténoïde essentiel, bien plus que les tomates fraîches.
La conserve fut inventée en 1795 par le confiseur français Nicolas Appert (1749-1841). Celui-ci utilisait des récipients en verre. Le procédé connut un succès modéré et fut mis en pratique progressivement dans d'autres pays européens puis en Amérique. Appliquant la méthode d'Appert, l'Anglais Peter Durand fit breveter en 1810 les boîtes en fer-blanc, un acier laminé et étamé.
Plusieurs inventions et améliorations suivirent et, dans les années 1860, la durée du procédé fut ramenée de 6 heures à 30 minutes, permettant sa diffusion à grande échelle.


Les travaux de Nicolas Appert et l'appertisation

Nicolas Appert (Source Wikipedia)L'appertisation peut être définie comme un procédé de conservation qui consiste à stériliser par la chaleur des denrées périssables dans des contenants hermétiques (boîtes métalliques, bocaux...).
L'appertisation (ou stérilisation) consiste à faire subir à un aliment un traitement thermique suffisamment intense pour assurer sa stabilité à long terme, à la température ambiante du lieu de son stockage. Ce traitement thermique détruit ou inactive tous les micro-organismes et enzymes susceptibles d'altérer le produit, ou de le rendre impropre à la consommation. Il s'effectue à une température égale ou supérieure à 100 °C, pendant une durée variable selon la nature et la quantité de produit à traiter. En réalité, lors de la stérilisation d'aliments dans les conditions de température et de durée appliquées, la destruction des germes ne peut être totale si on veut conserver le plus possible les qualités organoleptiques de ces aliments. Des micro-organismes vivants ou revivifiables peuvent subsister. Pour cette raison, le traitement thermique de « stérilisation » vise, en pratique, à obtenir un produit qui doit rester stable au cours d'une longue conservation (de 5 à 6 mois, voire plus), c'est-à-dire exempt de germes susceptibles de s'y développer et d'y provoquer des altérations. Parmi ces germes, seuls les non pathogènes subsistent éventuellement, les plus thermorésistants d'entre eux étant détruits pour des combinaisons temps/température très inférieures.

La technique de l'appertisation implique l'utilisation de récipients étanches qui empêchent la re-contamination du produit alimentaire après le traitement thermique, et assurent la formation d'un vide partiel qui réduit la présence d'oxygène à l'intérieur du contenant, appelé dans le langage courant «conserve ».

Le procédé de Nicolas Appert consistait à remplir à ras-bord des bouteilles, à les fermer hermétiquement avec des bouchons de liège puis à les faire chauffer au bain-marie. Ces bouteilles étaient identiques à celles qui étaient destinées au champagne mais avaient le goulot élargi. Parce que leur verre était plus épais, elles résistaient beaucoup mieux à la pression intérieure induite par l'augmentation de chaleur provoquée par le bain-marie.

Avant l'arrivée de Louis Pasteur, la société scientifique n'avait d'ailleurs pu déterminer qui du chauffage ou du maintien en vase hermétiquement clos était responsable de la conservation. Cette méthode de conservation, en plus du fait qu'elle respectait le goût des aliments, protégeait en bonne partie leur apport nutritionnel, dont celui de la vitamine C, évitant ainsi le scorbut qui faisait de nombreuses victimes parmi les marins qui entreprenaient des voyages de plusieurs mois.

C'est à Appert que l'on doit le bouillon en tablettes, les procédés de clarification des boissons fermentées, le lait concentré, et le premier « lait pasteurisé » (deux semaines de conservation en plein été !) comme il l'écrit en 1831 dans son ouvrage "Le livre de tous les ménages"... trente ans avant la naissance de Pasteur.


Scroll